Francúzsky jazyk & Francúzska gramatika - Francúzština online

francuzstina slider

Hlavná stránka Ostatné kategórie Referáty Victor Hugo ´93

Victor Hugo ´93

 

Quatrevingt-Treize

 

Victor Hugo est l´un des auteurs du romantisme. Il a eu ça renommé grâce à ses romans très celébres comme par example les Misérables, ou bien Notre Dame de Paris. L´oeuvre Quatrevingt-Treize est son dernière roman publiée en 1874. Il l´a écrit à l’âge de 70 ans. Ce roman est le dernier volume d'une trilogie romanesque consacrée à la Révolution française de Victor Hugo. (Le deuxième volume s´appelle L'Homme qui rit, mais il n’a jamais été fini et le troisième n’a jamais été rédigé). Il décrit dans ce livre les plus terribles années de la Révolution Française aussi connus comme la Terreur.

Victor Hugo dit dans ce roman: « Quatrevingt-Treize est la guerre de L´Europe contre la France et de la France contre Paris. Et qu´est- ce que la Révolution ? C´est la victoire de la France sur l´Europe et de Paris sur la France. » Dans ce roman il veut rester neutre. Il est ni   à côte de révolutionnaires, les bleus, ni à côte de monarchistes, les blancs.

Le roman Quatrevingt-treize est l'occasion pour Hugo d'exprimer sa longue réflexion sur la Révolution Française. Il montre l'opposition entre les bleus, révolutionnaires, et les blancs, monarchistes.   Le roman est divisé en trois parties et chaque partie est encore divisé en livres et chapitres. L´extrait de texte que je veux analyser plus loin se trouve dans la deuxième partie du Livre I, chapitre deux. Quant au genre, c´est un roman historique avec des traits realistes. La fable est située en 1793 à l´époque des grands changements en France. Les types de textes ou les formes du discours utilisé par Hugo dans le roman sont plutôt déscriptives. Il emploie l´Imparfait pour les descriptions et beaucoup d´adjectives.

Il mêle personnages historiques et fictifs.

Trois hommes imaginaires : Cimourdain, prêtre révolutionnaire, conventionnel et très strict, cherche à éloigner fermement la Republique, la Révolution et la Terreur très loin. , le marquis de Lantenac, aristocrate royaliste dirigeant la révolte de Vendée, les "Blancs", Gauvain, petit-neveu du marquis, ancien élève de Cimourdain, est rallié aux révolutionnaires. Parallèlement, au centre du roman, Hugo met en scène les personnages de Marat, Danton et Robespierre. Hugo fait de Marat un homme terrifiant et implacable , de Danton un homme imposant, de Robespierre un homme sévère. Robespierre, Danton et Marat sont des personages historiques, qui provoquent l'affrontement des héros fictifs.

Même si Hugo considère la rébellion comme légitime, la violence à l’époque de la guerre civile et de la Révolution Française au même temps représente une difficulté pour lui. A l’époque de la guerre civile il devient témoin des crimes commis contre l’humanité au nom des Droits de l’Homme et de la Liberté. Ce fait prouve son intérêt pour la Révolution. Il veut donc rapprocher l’époque de la Révolution française et surtout de l’année 1793.

Dans cette œuvre Quatrevingt-Treize Hugo revient à ses origines et il a mis en scène le sergent Radoub, chef du bataillon du Bonnet Rouge, qui ressemble à son père, et la Fléchard, une paysanne inséparable de ses enfants, qui ressemble à sa mère. Avec la mise en scène de l’époque vécut par ses parents, Hugo semble faire attention sur la nature et sur les moments révolutionnaires.

Le message manifesté dans cette œuvre est donc une certaine justification de la violence révolutionnaire qui expose la responsabilité de chaque individu.

 

 

Dans cette partie de commentaire je voulais m´orienter vers une analyse de Cimourdain comme l´un de trois personnages fictifs principaux. Même s´ il fait partie de la fiction dans cette œuvre il est un peu différent contrairement à Lantenac et Gauvain. Parmi ces trois personnages on peut montrer deux mondes différents, deux visions de l'Histoire et deux systèmes de Valeurs. Tandis que Lantenac incarne la noblesse, l'Ancien Régime, régime du Sacré, de la Tradition, de la Fidélité, de l'anti-matérialisme au profit du spirituel qui est charactéristique pour l´Ancien Régime et aristocratie, son neveu Gauvain incarne le modernisme et l´idée révolutionnaire et républicaine.

Le personnage principal, qui éclipse ces deux protagonistes est Cimourdain. Il est un ancien prêtre appointé par Lantenac pour être le maître de Gauvain. Il lui a transmis son idéal républicain. Au contraire de Gauvain, une personnage flexible, Cimourdain est la face noire, inflexible de la Révolution. Il ne veut pas connaître l'etre humain et ses sentiments. Il poursuit un idéal de justice impitoyable.

L´extrait du texte semble un peu sombre et triste. Je trouve la description du caractére de Cimourdain comme un homme rebel de la révolution. Il est un exemple parfait de la révolte éternele parce que c´est l´homme qui fait la Révolution. Il n´aiment pas le mode de vie qu´il a vecu autrefois. Il n´était pas content de lui même. Il était forcé de devenir prêtre parce que c´était le souhait de ses parents. Quant au lexique, Victor Hugo utilise la langue caracteristique pour lui, la langue soutenue. Du point du vue syntaxique, il utilise plutôt les phrases courtes grâce à quoi le texte est plus rythmique et plus dynamique. Cela rend le texte plus vivant et plus dynamique avec les figures de style. Il en emploie beaucoup, comme par example les metaphores « La pretrice avait fait la nuit dans Cimourdai. » , les contrasts «une conscience pure mais sombre» , les comparations «  L´homme peut, comme le ciel, avoir une sérénité noire... » , les personifications etc. Les adjectifs et des énumerations pour la déscription des personages donne un intérêt du texte. Il joue avec la langue française.

           Dans le premièr paragraphe Hugo utilise des contrasts pour le décrire. Il utilise des métaphores, pour mieux expliquer au lecteur la proximité entre deux comparaisons.

« Cimourdain était une conscience pure mais sombre. Il avait en lui l´absolu. Il avait été pretre, ce qui est grave. L´homme peut, comme le ciel, avoir une sérénité noire, il suffit que quelque chose fasse en lui la nuit. La pretrice avait fait la nuit dans Cimourdain. Qui a été pretre l´est ». C´est à dire il connait des choses qu´il avait fait antérieurement dans sa vie. Tout ca avait été pardonné. Il s’est rendu compte que ce sont des choses du passé. Il avait été prêtre avant et il était fidelé aux conventions. Il était infinitiment puissant comme le „ciel“. Le ciel qui symbolise aucune limitation et dans un sens religieux c´est un symbol de la puissance infinie. Cimourdain était comparé au ciel. L´homme peut avoir une sérénité noire. Le ciel est noir quand le jour finit. La nuit c´est le temps de la paix, de la sérénité et du silence ainsi que Cimourdain l´est. « La pretrice avait fait la nuit dans lui. » Des mots : « sombre » , « absolu », « grave », « la sérénité noir », ou bien «  la nuit » évoquent des sentiments un peu tristes et une certaine seriosité de la situation.

Le deuxieme paragraphe explique des phrases precedentes .

„Ce qui fait la nuit en nous peut laisser en nous les étoiles. Cimourdain était plein de vertus et de verités, mais qui brillaient dans les ténebres.“

La nuit n´est pas du tout juste le fin du jour. Ça symbolise aussi quelque chose qui est finit mais au contraire c´est aussi un debut de choses nouvelles. Rien est ni bon, ni mauvais, ni sombre, ni claire. Tout ce qui semble être mal, est toujours bon pour autre chose. C´était une nouvelle époque pour Cimourdain, puisque grâce à la nuit, dans son cas grâce à la prêtrise il était plein d´étoiles. Il était un homme de vertus et de vérités « qui brillaient dans les ténébres. »

Hugo décrit Cimourdain comme un ancien prêtre et il parle de sa prêtrise juste comme son passé. C´est une partie de sa vie qui n’existe plus. « Son histoire était courte a faire. Il avait été cure de village et precepteur dans une grande maison... » il utilise l’imparfait et le plus-que-parfait, ce qui signifie la fin de sa prêtrise. A mon avis dans cette partie on peut voir un fort abandon de la religion dans sa vie. Ce n´était pas juste parce que il était forcé et qu’il ne l´aimait pas. C´était aussi car il supportait ses idées révolutionnaires et il a perdu sa croyance. Une autre raison est son éducation indéfinie. « La science avait démoli sa foi,le dogme s´était évanoui en lui. Il savait toutes les langues de l´Europe et un peu les autres, cet homme étudiait sans cesse, ce qui l´aidait a porter sa chasteté , mais rien de plus dangereux qu´un tel refoulement. » Ca lui donnait un autre point du vue. Il a étudié beaucoup de langues alors, des informations et des idées ont été plus accessibles à lui. Ce qui lui liberait de l´ancienne façon de vivre était aussi un héritage. Il n´était pas plus dépendant à l´église. Avec l´abandon de sa soutane, la croyance à Dieu et à la vie transcendentalle , il donnait plus d´attention à son pays et il est devenu un philosophe. « ...puis un petit héritage lui était venu, et il s´était fait libre. C´était par-dessus tout un opiniatre. Il se servait de la méditation comme on se sert d´une tenaille, il ne se croyait le droit de quitter une idée que lorsqu´il était arrivé au debut , il pensait avec acharnement. Pretre , il avait, par orgueil, hasard ou hauteur d´ame, observé ses voeux, mais il n´avait pu garder sa croyance. » Il a choisi sa patrie et l’humanité avant l´eglise pour supporter les idées de la Révolution. Il était d´accord avec l´abolition de la monarchie, de la noblesse et il a aussi supporté les Drois de l´Homme et du Citoyen. Pour supporter les idées révolutionnaires et pour oublier son deuil, il a quitté la prêtrise parce qu’il voulait rester pur et candide. Même il se sentait « libre » et « mutilé » en même temps. Il a voulu faire une seule chose. Il voulait se reconstruire lui même, au sens de « se refaire homme » .

« Alors, s´examinant, il s´était senti comme mutilé, et , ne pouvant se défaire pretre, il avait travaillé a se refaire homme, mais d´une facon austere... »Hugo utilise le contrast et le paradox . « ...on lui avait refusé une femme, il avait épousé l´humanité. » Cimourdain a consacré toute sa vie sacrifiant son passé à la fidelité, la loyauté et au dévouement à sa patrie. Même s´ il a fourni tous ses efforts à le faire paradoxalement ça ne suffisait pas. « Cette plenitude énorme, au fond, c´est la vide. »

 

Je voulais dire que à  mon avis le personnage de Cimourdain était vague et ambigu. C´est vrai qu´il a fait la révolution mais contrairement à  Gauvain, sa révolution était plutôt en lui. Il est devenu un philosophe,un nouvel homme ce qui est plus important. Parce que Hugo dit: « La Révolution, c´est un homme. L´homme fait la Révolution. »

Ďaľšie informácie

  • Počet slov: 1814
  • Referát vhodý pre: Vysoké školy
  • Aké hodnotenie ste dostali: Výborné
  • Korektúra : Nevykonaná
Francúzština.eu

Portál francúzština.eu je portál, ktorý je venovaný francúzskemu jazyku. Nájdete na ňom francúzsku gramatiku, online testy, databázy prekladateľov, databázy jazykových śkol, maturitné tému, referáty a mnoho iného.

Webstránka: www.francuzstina.eu E-mail Táto e-mailová adresa je chránená pred spamovacími robotmi. Na jej zobrazenie potrebuješ mať nainštalovaný JavaScript.

La petite optimiste

Užívateľská časť

Môžete navštíviť ...

Newsletter

Newsletter
Prihlásenie sa na odoberanie noviniek.
Meno a priezvisko
Invalid Input
Email (*)
Povinné pole.

Nesprávny vstup
Odoslať

Facebook fanúšikovia

Mohlo by vás zaujímať

Top of Page